Eléonore Pancrazi, un timbre pulpeux, des couleurs dont le chatoiement est un appel au vice, une prononciation toujours intelligible
— Forumopera.com
 

Révélation Lyrique ADAMI 2018, Deuxième Prix au Concours International de Chant Baroque Pietro Cesti à Innsbruck et Deuxième Prix au Concours de Chant de Nîmes en 2017, Finaliste au Concours Voix Nouvelles et la Glyndebourne Opera Cup en 2018, la mezzo-soprano Eléonore Pancrazi a déjà, toute jeune, remporté de nombreux prix : en 2013 elle a obtenu le troisième prix au concours Musiques au cœur du Médoc et le deuxième prix en Mélodie française au Concours de Chant de Marmande, en 2014 le Premier Prix dans la catégorie Opérette au Concours de Béziers, puis les Prix de l’ADAMI et du CFPL au Concours d’Arles, ainsi que le Prix jeune espoir de l’UPMCF à Paris. 

Après avoir étudié le piano et le violon, Eléonore s’inscrit à l’âge de 16 ans au Conservatoire de sa ville natale, Ajaccio, pour y étudier le chant dans la classe de Véronique Giacomoni, et décide d’en faire son métier.

A Paris, elle obtient un DEM des Conservatoires en 2012, et en 2009 elle intègre la prestigieuse Ecole Normale de Musique Alfred Cortot dans la classe d’Isabel Garcisanz pour le chant, et de Mireille Larroche pour la scène. Sa brillante scolarité est récompensée en 2013 par un Diplôme de Concertiste obtenu à l’unanimité et avec les félicitations du jury.

Parallèlement à ses études, elle s’initie déjà à la scène en interprétant successivement les rôles de Zerlina (Don Giovanni), Berta (Le Barbier de Séville), et Papagena (La Flûte Enchantée) au Festival« Les Nuits d’été de Corté ».

En 2012, elle est admise à l’Académie du Festival d’Aix en Provence en Résidence de Mélodie française, puis interprète le rôle de Hansel (Hansel et Gretel) avec la Péniche Opéra dans une mise en scène de Mireille Larroche, sous la baguette de Takenori Nemoto avec l’Ensemble Musica Nigella. Elle poursuit également une étroite collaboration avec l’orchestre de l’Opéra de Massy (Cherubino dans des extraits des Noces de Figaro, Alto Solo dans le Gloria de Vivaldi..).

L’année 2013 l’emmène aux Folles Journées de la Musique Française au Yomiuri Hall de Tokyo où, sous la baguette de Takenori Nemoto et avec l’ensemble Musica Nigella, elle chante le rôle de Carmen dans une version concert. La même année, elle est admise au Studio de l’Opéra de Lyon, grâce auquel elle interprète le rôle de Jody dans Jeremy Fischer d’Isabelle Aboulker, ainsi que la Tasse Chinoise, la Mère et la Libellule dans l’Enfant et les sortilèges en novembre 2016.

Son éclectisme musical et sa curiosité artistique la conduisent à intégrer la troupe de la comédie musicale La Belle et la Bête, mais elle n’oublie pas pour autant que son monde demeure celui de l’Art Lyrique et continue parallèlement à donner des récitals à la Salle Cortot, à St Remy de Provence et interprète  la Deuxième Dame dans La Flûte Enchantée au Festival de Marmande.

En 2014, elle est admise cette fois à l’Académie de l’Opéra Comique de Paris. Pendant cette saison riche en récitals divers et en Master Classes, elle aura l’occasion d’être la doublure du rôle du Prince Orlofsky dans La Chauve Souris dirigée par Marc Minkowski, et d’interpréter le rôle de Louise dans Les Mousquetaires au Couvent, repris en décembre 2015 à l’Opéra de Toulon.

Au printemps 2015, elle prend part au Falstaff de Salieri, monté par le Théâtre d’Herblay sous la direction d’Inaki Encina Oyon, dans le rôle de Mrs Slender, à la création de Cent miniatures de Bruno Gillet avec la Péniche Opéra, puis à la Master Class des Noces de Figaro de René Jacobs, dans le rôle de Marcellina, à l’Abbaye de Royaumont.

L’année 2016 est un tournant important dans la carrière d’Eléonore puisque, après avoir participé à la version concert de Werther au Théâtre des Champs Elysées, dans le rôle de Kâtchen, aux côtés de Juan Diego Florez et Joyce Di Donato, elle aborde les rôles d’Orena et Téria dans la nouvelle création de L’île du Rêve de Reynaldo Hahn au Festival « Musiques au Pays de Pierre Loti » et au Théâtre de l’Athénée à Paris, sous la direction de Julien Masmondet, puis le rôle de Concepcion dans L’Heure Espagnole et de la Ciesca dans Gianni Schicchi à l’Opéra de Nancy et enfin celui de Barberina dans Les Noces de Figaro à l’Opéra de Toulon. Cette saison sera également marquée par une Master Class « Répertoire baroque français » avec Christophe Rousset à l’Abbaye Royaumont.

2017 est l’année de la prise de rôle de Cherubino dans Les Noces de Figaro à l’Opéra de Clermont-Ferrand puis au Festival de St Céré, rôle repris en décembre 2018 à l’Opéra de Massy. Mais elle marque aussi le début d’une importante collaboration avec l’Ensemble « les Talens Lyriques » de Christophe Rousset dans La Descente d’Orphée aux Enfers de Charpentier au Festival de Musique Ancienne de Bâle,  suivie en 2018 d’une participation en soliste au Requiem de Campra à la Philarmonie de Paris puis à la Cathédrale d’Oslo.  Cette année se caractérise aussi par un double engagement à l’Opéra de Tours : dans L’Homme de la Mancha, Eléonore interprète les rôles de Maria et Ferminia, et dans Rigoletto celui de Giovanna. En décembre, Eléonore retourne au Théâtre des Champs Elysées pour reprendre le rôle de Berta dans Le Barbier de Séville « jeunes talents », sous la direction de Jérémie Rhorer et dans la mise en scène de Laurent Pelly.

L’année 2018 commence par une participation remarquée à l’émission télévisée La Folie Offenbach sur TF1, puis Eléonore aborde le rôle de Varvara dans Katya Kabanova de Janacek à l’Opéra National de Lorraine, se produit en récital à l’Opéra de Montpellier aux côtés de la soprano Jennifer Michel, rejoint l’émission Génération Jeunes interprètes sur France-Musique consacrée à l’opéra Carmen, puis retrouve le Festival Musiques au Pays de Pierre Loti pour la création de Manga Café de Pascal Zavaro, dans lequel elle interprète le rôle de Thomas, ainsi que pour Trouble in Tahiti de Leonard Bernstein  où elle est Dinah, sous la direction de Julien Masmondet et dans la mise en scène de Catherine Dune. Cette double production sera représentée au Théâtre Impérial de Compiègne, au Théâtre de la Coupe d’Or à Rochefort ainsi qu’au Théâtre de l’Athénée à Paris. Après avoir chanté la partie solo de  la Misatango du compositeur argentin Martin Palmeri au Capitole de Toulouse, Eléonore rejoint en août le Festwochen der Alten Musik à Innsbruck, où elle interprète le rôle d’Aurora dans Gli Amori d’Apollo e Dafne de Cavalli, puis le Glyndebourne on Tour où elle fait ses débuts dans le Prince du Cendrillon de Massenet.

La saison 2018/19 se poursuit avec trois prises de rôles remarquées : Maffio Orsini dans Lucrezia Borgia de Donizetti au Théâtre du Capitole de Toulouse, Orphée dans Orphée et Eurydice à l'Opéra de Clermont-Ferrand, et Carmen dans Carmen,une étoile du cirque, en version jeune public co-produite par le Théâtre des Champs-Elysées et l'Opéra de Rouen. Puis Eléonore enregistre et chante en concert La Chanson Perpétuelle ainsi que d'autres mélodies d'Ernest Chausson au Festival Musica Nigella, sous la direction de Takénori Nemoto, avec la soprano Louise Pingeot. Cette saison s'achèvera sur la Messe de Grandval, une co-production entre le Palazetto Bru Zane et le Choeur Accentus, chantée à la Chapelle Corneille de Rouen ainsi qu'au Théâtre des Bouffes du Nord. Cette prestation marquera le début d'une belle collaboration tout au long de la saison prochaine avec le Palazetto Bru Zane, grâce auquel elle se produira dans Les Voyages de l’Amour de Boismortier à Pecs en Hongrie, Ö Mon Bel Inconnu de Reynaldo Hahn à Avignon et dans La Carmelite de Reynaldo Hahn également à la Halle aux Grains à Toulouse.

Parmi ses prochains engagements, citons également Maffio Orsini à nouveau dans une version concert de Lucrezia Borgia au Tchaîkovsky Hall de Moscou, Ascagne dans La Prise de Troie (Première partie des Troyens) au Festival Berlioz de la Côte St André, Chérubin (Les Noces de Figaro de Mozart) au Théâtre des Champs-Elysées, Elisa (Tolomeo de Haendel) au Festival Haendel de Karlsruhe, Sémiramis (Sémiramis de Destouches) à l'Opéra Royal de Versailles, Stephano (Roméo et Juliette de Gounod) au Théâtre des Champs-Elysées et à l'Opéra de Montpellier, Barena (Jenufa de Janacek) au Théâtre du Capitole de Toulouse, Rosine (Le Barbier de Séville) à l'Opéra National de Lorraine.

Le répertoire d’Eléonore Pancrazi s’étend de la musique baroque à la musique contemporaine, à laquelle elle a été initiée par le compositeur Hélène Rasquier, dont elle a interprété  bon nombre de  mélodies, ainsi que la partie alto lors de la création de son Requiem à l’Eglise St Ferdinand à Paris.

En dehors du répertoire français, auquel elle a été initiée par Anne Marie Sanial et qu’elle a beaucoup travaillé à l’Opéra Comique, du Bel Canto et de Rossini que sa voix agile sert avec virtuosité, Eléonore affectionne aussi le lied et la mélodie étrangère, particulièrement Benjamin Britten dont elle a suivi une Master Class dirigée par Ian Bostridge à l’Abbaye de Royaumont, master class qui a donné lieu à un récital de mélodies de ce compositeur au Musée d’Orsay en avril 2017.

 Eléonore a eu l’honneur de travailler avec Janine Reiss, Inva Mula, Felicity Lott, François Le Roux, Jeff Cohen, Ludovic Tézier, Jean Paul Fouchécourt, Jean François Lapointe, Leontina Vaduva, Christiane Eda Pierre, Chistophe Pregardien, …. Et a l’immense plaisir de collaborer régulièrement avec l’Abbaye de Royaumont grâce à laquelle elle a pu suivre plusieurs Master Classes (avec René Jacobs, Christophe Rousset) et participer au mois de mai 2017, en plus du concert Britten au Musée d’Orsay, à un récital de musique russe à la Seine Musicale avec la pianiste Sarah Ristorcelli.

 Eléonore Pancrazi est aujourd’hui conseillée par Susan Mac Culloch et Raphael Sikorski.

 

 

Lyrical Revelation ADAMI 2018, finalist at the Voix Nouvelles competition and at The Glyndebourne Opera Cup in 2018 too, Second Prize at the International Cesti Competition for Baroque Singing in Innsbruck and Second Prize at the International Singing Competition of Nimes in 2017, young mezzo soprano Eléonore Pancrazi has already been awarded many times : in 2013, she won the third prize at the Musiques au Cœur du Medoc singing competition and the second prize in the French melodie category at the International singing competition of Marmande, in 2014 the first prize in the Operetta category at the Béziers singing competition, then the ADAMI and CFPL prizes at the Arles singing competition, as well as the « new talent » prize at the UPMCF Competition in Paris.

As a child, Eléonore studied the piano and  violin,  and at the age of 16 she began studying classical singing in Ajaccio, where she was born. She quickly decided that she would pursue singing.

In 2009, she entered the prestigious Ecole Normale de Musique Alfred Cortot in the Studio of Isabel Garcisanz for voice,  and the Class of Mireille Larroche for stagework. She graduated with honours
from the institution in 2013.

During her studies, she started performing roles at the Festival «  Les Nuits d’Eté de Corté » in Corsica : Zerlina (Don Giovanni), Berta (Il Barbiere di Seviglia), Papagena (Die Zauberflote).  

In the summer of 2012, she joined the Academy of the Aix en Provence Festival in the French Melodie Residency. That same year, she sang the role of Hansel (Hansel und Gretel) with the Péniche Opéra Company directed by Mireille Larroche and under the baton of Takenori Nemoto with the Musica Nigella Orchestra, as well as continuing her collaboration with the Opéra de Massy Orchestra (Cherubino in excerpts of Le Nozze di Figaro, Solo Alto in the Vivaldi Gloria etc….) which she had initiated at the Ecole Normale de Paris.

2013 took her to the French Music Festival, « Folles Journées »,  at the Yomiuri Hall in Tokyo where, under the baton of Takenori Nemoto and his Musica  Nigella Ensemble, she sang Carmen in a concert version. She also joined the Studio of the Opéra de Lyon with which she sang the role of Jodie in Isabelle Aboulker’s Jeremy Fischer, and the Chinese Cup, the Mother and the Dragonfly in Ravel’s Enfant et les Sortilèges in november, 2016.

Her musical eclecticism as well as her artistic curiosity drove her to join the musical company of La Belle et la Bête at the Théâtre Mogador, but she never forgot that she belonged to the Opera world, and she continued her classical career singing in concerts at the Salle Cortot, at the Musicades and Olivades Festival in St Remy de Provence and  the Second Lady in Die Zauberflote at the Festival of Marmande during the same season.

In 2014, she joined the Opéra Comique de Paris Youth Academy. During that season which was filled with various recitals and Master Classes, she had the opportunity to be the understudy of Prince Orlofsky in Die Fledermaus, under the baton of Marc Minkowski, and to sing the role of Louise de Pontcourlay in Les Mousquetaires au Couvent, covered again at the Opéra de Toulon in december 2015.

In spring of 2015, she took part in a production of Falstaff by Salieri at the Théâtre d’Herblay under the baton of Inaki Encina Oyon , singing the role of Mrs Slender, as well as  in the premiere of Cent Miniatures by Bruno Gilet, with the Péniche Opera Company, then in the René Jacobs Master Class of Le Nozze di Figaro, singing the role of Marcellina, at the Abbaye de Royaumont.

2016 marked an important turning point in Eléonore’s career. After taking part in the prestigious cast of the concert version of Werther at the Théâtre des Champs Elysées in  the role of Katchen, alongside Juan Diego Florez and Joyce Di Donato, she assumed the roles of Orena and Teria in the new production of l’Ile du Rêve by Reynaldo Hahn at the « Musiques au Pays de Pierre Loti » Festival and at the Théâtre de l’Athénée in Paris, under the baton of Julien Masmondet, then the roles of Concepcion in L’Heure Espagnole and La Ciesca in Gianni Schicchi at the Opéra National de Lorraine, and the role of Barberina in Le Nozze di Figaro at the Opéra de Toulon.  In july, she joined a Master Class on the French Baroque  Repertoire with Christophe Rousset at the Abbaye de Royaumont.

In 2017, she performed the role of Cherubino for the first time in Le Nozze di Figaro, under the baton of Joel Suhubiette and directed by Eric Perez, at the Opéra de Clermont-Ferrand and at the Festival de Saint-Céré,  a production which she will sing again at the Opéra de Massy in september 2018.  2017 has also seen the start of a succesful collaboration with Christophe Rousset’s musical ensemble « Les Talens Lyriques », with which she sang Eurydice in Charpentier’s Descente d’Orphée aux Enfers at the Old Music Festival of Basel-Switzerland, and with which she will sing as soloist  in the Campra’s Requiem at the Philarmonie de Paris and in the Cathedral of Oslo. In 2017, she also started a collaboration with the Opéra de Tours, where she sang the roles of Maria and Ferminia in L’Homme de La Mancha, and Giovanna in Rigoletto. In december 2017, Eléonore will return to the Théâtre des Champs Elysées in the role of Berta in Il Barbiere di Seviglia directed by Laurent Pelly,  under the baton of Jeremie Rhorer.

2018 has started with a noteworthy participation in the TV show La Folie Offenbach on the TF1 channel, then Eléonore has sung for the first time the role of Varvara in Katya Kabanova by Janacek at the Opéra National de Lorraine, and  has reached one more time the Festival Musiques au Pays de Pierre Loti for the creation of Manga Café by Pascal Zavaro, in which she performs the role of Thomas, as well as for Trouble in Tahiti by Leonard Bernstein in which she is Dinah, directed by Catherine Dune and under the baton of de Julien Masmondet. This production has been performed at the Théâtre Coupe d’Or in Rochefort, at the Théâtre Impérial in Compiègne and at Théâtre de l’Athénée in Paris.

After she sang in june the solo part in Misatango by the argentinian composer Martin Palmeri at the Theatre du Capitole in Toulouse, Eléonore took part in august in the Festwochen der Alten Musik in Innsbruck, where she assumed the role of Aurora in Gli Amori d’Apollo e Dafne by Cavalli, then in Glyndebourne on Tour where she will sing for the first time the role of the Prince in Massenet’s Cinderella.

During the 2018/19 season, Eléonore has sung key roles such as Maffio Orsini (Lucrezia Borgia by Donizetti) at the Théâtre du Capitole de Toulouse, Orphée (Orphée et Eurydice by Gluck) at the Opéra de Clermont-Ferrand, and Carmen (Carmen, une étoile du cirque), a "young public" version of Bizet's Carmen, co-production between The Théâtre des Champs-Elysées and the Opéra de Rouen. Then she will sing and record the Chanson Perpetuelle, as well as other melodies by Ernest Chausson at the Festival Musica Nigella, with french soprano Louise Pingeot, under the baton of Takenori Nemoto. This season will finish with the Messe de Grandval, a co-production between the Palazetto Bru Zane and the Choeur Accentus, which will be performed at the Chapelle Corneille de Rouen, and at the Théâtre des Bouffes du Nord in Paris. This production will start a fruitful cooperation along the 2019/20 season between Eléonore and the Palazetto Bru Zane, thanks to which she will sing in Les Voyages de l'Amour by Boismortier in Pecs (Hungary), Ô Mon Bel Inconnu by Reynaldo Hahn in Avignon, and La Carmélite by Hahn again at La Halle aux Grains de Toulouse.

Among her next engagements, let's quote Maffio Orsini in a concert version of Lucrezia Borgia at the Tchaîkovsky Hall in Moscow, Ascagne (La Prise de Troie, first part of Les Troyens) at the Festival Berlioz in La Côte St André, under the baton of François-Xavier Roth, Chérubin (Les Noces de Figaro) at the Théâtre des Champs-Elysées, Elisa (Tolomeo by Haendel) at the Internationale Hândelfestpiele Karlsruhe, Semiramis (Semiramis by Catel) at the Opéra Royal de Versailles, Stephano (Roméo et Juliette by Gounod) at the Théâtre des Champs-Elysées and the Opéra de Montpellier, Barena (Jenufa by Janacek) at the Théâtre du Capitole de Toulouse, and Rosine (Le Barbier de Séville) at the Théâtre National de Lorraine.

Eléonore’s musical interests span from baroque to contemporary music, to which she was initiated by French composer Hélène Rasquier. She has sung many of Rasquier’s melodies, as well as the alto solo part in the premiere of her Requiem at the St Ferdinand Church in Paris.

From  French Repertoire, which she initiated with soprano Anne Marie Sanial, and which she has studied intensively during her season at the Opéra Comique de Paris, to Bel Canto and Rossini in particular, which she sings with great ease, Eléonore also enjoys foreign art song (English, Russian, Czech…) as well as the German Lied.

Eléonore  has had the honour to refine her vocal technique with great artists such as Janine Reiss, Inva Mula, Felicity Lott, François Le Roux, Jeff Cohen, Ludovic Tézier, Jean-Paul Fouchécourt, Jean-François Lapointe, Leontina Vaduva, Christiane Eda-Pierre, Christophe Pregardien, Ian Bostridge… and she has the great pleasure of collaborating  regularly with the Abbaye de Royaumont, thanks to which she has been able to participate in various Master Classes, and to take part in concerts in 2017 : a concert of the music of Benjamin Britten at the Musée d’Orsay in Paris with pianist Madoka Ito, and the other one composed of  Russian music at La Seine Musicale in Paris with pianist Sarah Ristorcelli. 

 Eléonore Pancrazi is now advised by Susan McCulloch and Raphaël Sikorski.